« Nous subissons au quotidien la saleté dans nos rues ». A Douala, les habitants interpellent l’entreprise en charge de la gestion des déchets

« Nous subissons au quotidien la saleté dans nos rues, qui s’accompagne de mouches, cafards et rats, car Hysacam ne ramasse pas régulièrement les ordures ».

A Douala, les habitants de six quartiers se sont unis pour interpeller l’entreprise en charge de la gestion des déchets. Mercredi 20 Juin, une quarantaine d’hommes et femmes des quartiers de Sic Cacao, Bonewonda, TSF Cacao Barry , Bepanda voirie , Omnisport et Grand Moulin se sont retrouvés devant le siège d’Hysacam munis des sacs poubelles pour dénoncer leur mal-être. Ils ont interpellé l’entreprise responsable sur l’ampleur du problème, hysacam, en lui décernant le « trophée de la poubelle d’or », pour illustrer le contexte d’insalubrité auxquels les habitants se trouvent aujourd’hui confrontés.

Les habitants de ces différents quartiers dénoncent la mauvaise gestion des ordures ménagères : les camions passent de manière aléatoire, laissant parfois plusieurs semaines s’écouler avant de ramasser les déchets. Dans d’autres quartiers, les camions de ramassage ne passent pas, magré l’accès possible. Ainsi, des îlots d’ordures se forment régulièrement le long des carrefours et ont des  conséquences  importantes  sur  la  santé et le bien-être des riverains, la circulation des véhicules et la sécurité des usagers.

Face à cette situation alarmante, de  multiples  courriers,  et  une pétition avaient

déjà été remis à l’entreprise. Des assises s’étaient tenues avec les responsables d’Hysacam et les habitants et chefs de quartier dans plusieurs secteurs, mais les engagements ne sont jusqu’à aujourd’hui pas tenus. C’est pour cette raison que les habitants de plusieurs quartiers particulièrement touchés de Douala, organisés au sein de l’association OnEstEnsemble, ont décidé d’interpeller la direction régionale d’Hysacam. Ils demandent un programme clair de passage ainsi que des passages plus réguliers, permettant de traiter convenablement les déchets qui s’accumulent.

Les responsables de l’entreprise ont finalement reçu les porte-parole de l’association, et les directions régionales, générales et le service technique se sont engagés à recevoir dès le lendemain les représentants des différents quartiers pour traiter la question dans les détails au cours d’une réunion technique. Les habitants mobilisés comptent sur cette rencontre pour établir un calendrier de passage en vue de fournir le service minimum.

Soutenez nous :

Laisser un commentaire